Facilitation

Le paradoxe d’Abilène

Comment un groupe peut agir dans une direction alors que chacun y est opposé ? Ou quand la décision du groupe est à l’opposée des avis individuels !

Dans la vie privée, cet effet pervers se manifeste souvent car chacun souhaite rester connecté au groupe et ne pas s’opposer. Il aurait pourtant fallu la voix d’une seule personne pour que plusieurs personnes si ce n’est l’unanimité décide d’y renoncer.

Dans le monde de l’entreprise cet état paradoxal est régulier.

Les moments de prises de décision y sont particulièrement fréquents. L’impression que la proposition fait loi et unanime rend le dialogue difficile voire impossible.

Il faut rompre ce consensus.

La notion de confiance est ici primordiale pour laisser la parole ouverte et donner une chance à l’impertinent de s’exprimer.

Un collègue silencieux n’est pas nécessairement une personne qui n’a rien à dire et bien souvent c’est le contraire. Malheureusement il lui est plus aisé de rester dans l’ombre plutôt que de se retrouver en dehors du groupe. Pour leur permettre de s’exprimer aisément sans crainte, il est essentiel d’avoir posé le cadre qui est un rempart donnant la liberté de s’exprimer par la protection et la confiance qu’il confère. Au sein d’une équipe pour limiter ce paradoxe il est primordial, de faire participer ceux qui s’expriment peu ou sont en retrait. Il faut expliquer que la responsabilité est partagée ! Cela permet de prendre conscience que si je n’émets pas mon avis, je serai aussi responsable en cas de décision erronée.

Encore une fois, donner le droit de dire les choses et de donner son avis, sans crainte de jugement est essentiel.