Intelligence collective

L’intelligence collective demande un dynamisme relationnel et une bonne connaissance de soi pour être en paix avec soi et avec les autres.
L’intelligence collective offre la possibilité d’être innovant.

les émotions positives sont facilitatrices, elles favorisent :

  • le processus de négociation,
  • la cohésion sociale,
  • l’engagement et la performance du groupe.

La confiance en soi et aux autres crée un processus d’engagement dont les motivations sont sans faille et ouvrent les portes de la créativité.

Comment définir l’Intelligence Collective IC ?

  • Un chaos organisé
  • Une réflexion collective
  • Quelque chose de plus grand que soi
  • Laisser chaque personne s’exprimer
  • Une contribution d’équipe, donner pour recevoir
  • Une place pour chacun dans le groupe
  • La diversité de tous fait la force du groupe
  • Pas de hiérarchie, mais des personnes qui assument des responsabilités d’ordre différent
  • Personne n’a de pouvoir ni de contrôle sur l’autre.

L’intelligence collective est permise grâce à un management matriciel ou transversal.
Les liens de transversalité apparaissent et suppriment l’effet silo et le manque de communication y afférant.
La confiance gagnée est offerte lors de ces échanges, scelle l’ensemble et donne la capacité de tout oser.

On passe alors à une coopération qui va engager un processus de synergie intense.

Le travail produit, grâce à cette collaboration, induit un processus d’apprentissage, des uns et des autres, qui est challengé par un projet collectif où les interactions ont un rôle crucial

On passe alors d’une action de coopération à une action de collaboration.

« Toute innovation commence par une idée partagée, or l’entreprise traditionnelle n’encourage pas ce partage, voire l’empêche. » Issac GETZ – Professeur à l’ESCP et co-auteur de « Liberté & Cie ». Ainsi on passe avec l’intelligence collective d’une coopération à une collaboration qui seule offre la possibilité de réaliser des innovations.
La hiérarchie lourde a des effets pervers, elle rend délicate la communication. Son atténuation facilite notre capacité à nous exprimer et peut, conduire vers l’impertinence constructive. C’est la capacité de sortir du cadre, le pouvoir d’oser, d’agir et de dire les choses.
Comment innover sans sortir du cadre ?
Les échanges transversaux permettent des discussions., Les désaccords sont sources de richesses. Il faut de l’écoute, de la bienveillance et du respect associés à l’art oratoire afin de susciter de nouveaux modes de pensée, de nouveaux comportements et atténuer le pouvoir des idées reçues.
Pour être plus efficace, il est important de bien définir les buts, les attentes de chacun, notre état d’esprit ou notre humeur. .
L’IC n’est pas nécessairement de décider ensemble mais avant tout de réfléchir ensemble.
À la prémisse de l’IC il faut induire un sentiment de confiance et de protection entre chaque personne du groupe. L’inclusion en est un.