Management

Rationalisation d’un réunion

Les réunions sont des moments privilégiés dans une entreprise où les acteurs d’un projet, d’une BU sont tous présents et peuvent par un travail collectif :

  • Faire le point sur le programme
  • S’assurer des bonnes conditions d’avancement
  • Soumettre leurs réussites et leurs difficultés
  • Faire émerger de nouvelles idées
  • Demander des conseils ou en prodiguer

La réunion est essentielle…et pourtant trop souvent le sentiment des membres de l’équipe est inverse :

  • Perte de temps
  • Pas d’échange
  • Sentiment d’incompréhension
  • La réunion semble une grande messe ! mais sans message.

Trois principes clés sont à instaurer de manière systématique :

  1. La vérité : cela simplifie tout. On pense à tort que toutes les informations ne sont pas utiles, or cela conduit très souvent à une rétention d’information consciente ou inconsciente. Cela induit aussi une perte de confiance collective, et active voire avive les craintes. On sous-estime la capacité des salariés à affronter la vérité. En cachant la vérité, on risque un affrontement par la perte de confiance inéluctable. La confiance est pourtant gage de franchise, elle supprime toute rivalité, permet à chacun de faire part de ses difficultés. Comment espérer avancer face à des difficultés qui nous rendent incompétent ?
  2. Le choix : expliquer que chacun a le choix, engage tout le monde à être responsable. En effet chacun de nous est responsable à 100% de ce qu’il fait ou ne fait pas. Ainsi les réussites comme les échecs sont à partagés entre tous. Chacun est responsable et il n’y a personne à blâmer. Le sentiment d’appartenance et de fierté en découle directement.
  3. La conscience, c’est la conscience de nos capacités propres, la confiance en soi et aux autres. Si je cois en moi, cela décuple mes capacités créatives, je vais oser ! Avoir conscience de soi permet de connaître comment on fonctionne et de pouvoir agir sur les vrais leviers de motivation qui sont pour le plus souvent bien éloignés de la seule logique pécuniaire. Ainsi, développer la conscience c’est se permettre d’être créatif, motivé, et performant.

Le sens permet l’action

  • Si une tâche n’a pas de sens pour la personne qui l’accomplit, elle ne peut pas s’y investir et encore moins s’engager. A l’extrême de cette situation, le collaborateur s’enferme dans une logique d’épuisement psychologique.
  • Nous sommes à l’opposé de la motivation. La motivation est motrice, elle est en nous car elle est impulsée par la satisfaction d’un besoin biologique. Le circuit de la récompense a pour rôle de favoriser les comportements utiles à la survie de l’organisme. Il incite la personne à reproduire les expériences qui lui ont procuré du plaisir et provoque une sensation de satisfaction. Il est activé en fonction de nos motivations profondes personnelles, de nos valeurs et de nos croyances. On ne motive pas quelqu’un proprement dit : il est intrinsèquement motivé par ce qui a du sens pour lui, ce qui résonne en lui.
  • Le manque de sens d’ une action, limite, in utero, toute motivation, car il n’y a aucune possibilité de satisfaction.